Marcel Proust au musée Carnavalet

C’est au musée Carnavalet (musée d’Histoire de la ville de Paris), que se tient en ce moment, une sublime exposition sur l’écrivain Marcel Proust. Jusqu’au 10 avril, découvrez l’histoire d’un génie de la littérature se mêlant à celle de Paris durant la Belle Époque. On vous donne un petit aperçu pour votre prochaine sortie culturelle.

Un écrivain qui aimait Paris

L’amour que Marcel Proust porte à sa ville commence dès son enfance. Né le 10 juillet 1871, dans le 16ème arrondissement, il vivra rive droite, dans le 8ème, une grande partie de sa vie. C’est précisément ce quartier, où règne la bourgeoisie puissante et fortunée, qu’il puisera son inspiration pour l’oeuvre de sa vie : A la recherche du temps perdu. Il doit cet attachement à sa mère, dont il restera proche toute sa vie durant.

Jean Béraud , « Sortie du lycée Condorcet », musée Carnavalet.

Marcel Proust forge son goût pour l’art grâce à des visites au Louvre, des sorties spectacles, très prisées en cette fin de siècle puis par la littérature et la philosophie. On le voit dans les salons bourgeois et aristocratiques où il puise son inspiration qui le mènera à son premier livre, Les Plaisirs et les Jours, en 1896. Mondain, vif d’esprit, curieux et pluridisciplinaire, il s’intéresse à l’architecture. Il voyage en Europe et traduit également des ouvrages anglais, tout en écrivant pour le Figaro, le récit de ses soirées mondaines.

Petit à petit, Marcel Proust, qui souffre de crises d’asthme, ne quitte plus Paris et se cloître dans sa chambre. Lui qui aimait la Normandie et Cabourg, avec les fameuses madeleines, n’y retournera plus… C’est en 1908 que commence l’épopée d’À la recherche du temps perdu. Cette fresque familiale parisienne, aux nombreux personnages et intrigues, propose une réflexion sur le temps, la société et la psychologie de la mémoire et des souvenirs.

Ce sont les éditions Grasset qui publient le premier tome de la saga, que nous connaissons aujourd’hui comme Du côté de chez Swann et À l’ombre des jeunes filles en fleurs. La guerre met en pause la publication du deuxième tome qui paraît finalement chez Gallimard en 1919, désormais éditeur des romans de Marcel Proust. Durant le conflit, réformé à cause de sa santé, il travaille avec acharnement sur son oeuvre pour lui donner une forme plus organisée et structurelle.

Marcel Proust au musée Carnavalet
Otto Wegener, « Portrait de Marcel Proust », collection J. Polge

Marcel Proust déménage souvent durant la fin de sa vie, troublant ainsi son quotidien et sa santé. Pourtant, il se satisfait de la publication de quatre de ses romans et se voit remettre le prix Goncourt en 1919. De plus en plus affaibli, Proust sort et se divertit : il va à l’Opéra, au théâtre ou au Ritz. Il justifie sa vie sociale et artistique par le fait qu’il doit nourrir les tomes suivants du Temps perdu. Malheureusement, il décède à Paris, le 18 novembre 1922. S’il s’endort en ayant terminé d’écrire Le Temps retrouvé, livre final de sa saga, il ne parviendra pas à corriger les trois derniers volumes qui seront publiés à titre posthume.

L’auteur laisse derrière lui l’un des chefs d’oeuvre de la littérature française. Un travail biographique et romanesque d’une rare finesse qui dépeint un Paris fictionnel et pourtant fort inspiré dans un roman d’initiation, nourrissant donc l’exposition du musée Carnavalet.

Voyage dans A la recherche du temps perdu

Le musée Carnavalet rend hommage à l’un des pères de la littérature française. Il s’associe à 35 institutions et puise dans sa riche collection pour monter une exposition inédite autour de la relation entre l’auteur et Paris. L’exposition allie la biographie de l’auteur, formant le terreau de son travail, avec des oeuvres d’art qui nous montrent le Paris du Second Empire jusqu’à l’après Belle Époque. On y retrouve des documents iconographiques comme des manuscrits de l’auteur, des extraits de productions filmées… pour former un tout riche, complet et passionnant.

Marcel Proust au musée Carnavalet-Twelve magazine
Manuscrit du Temps Perdu, annoté par Marcel Proust en 1913

Elle nous immerge dans ce Paris rêvé et inspiré de l’auteur, suivant un parcours entre les livres et la vie de leur créateur. De ses muses à sa famille, des lieux où il viva et qu’il côtoya, on comprend la genèse de cette saga. On traverse donc les romans, tout en découvrant l’histoire de cette époque que mondanités et personnages flamboyants ou pathétiques habitent. On voyage ainsi dans le temps et dans Paris grâce à une mise en scène vivante et pluridisciplinaire.

Ce sont les hauts lieux parisiens qui animent les salles comme les Champs Elysées, les quartiers haussmanniens, le bois de Boulogne… Espaces mondains, c’est là où se mettent en scène les classes fortunées que dépeint Marcel Proust dans Le Temps perdu. Bien qu’il les intègre à son imaginaire, il se sert de ces lieux pour raconter ses personnages, pour inscrire leur place dans la société, souligner les liens, les histoires, les secrets qui lient leurs relations. Le narrateur, personnage central au désir d’ascension sociale, admire et entre dans cette société codifiée, glorifiant un « entre-soi », aux moeurs pourtant bien plus légères que ce que l’on voudrait faire croire…

Marcel Proust au musée Carnavalet
Jean Béraud, « Le Boulevard des Capucines, devant le Café Napolitain », musée Carnavalet

Plus de 280 oeuvres multiples et diverses évoquent le Paris de Proust. Elles permettent de s’imaginer l’univers qu’a voulu peindre l’auteur avec ses mots. L’exposition plaira donc autant aux lecteurs qu’aux amateurs d’art et d’histoire, proposant une introduction artistique et culturelle aux romans et à l’univers proustien.

Le parcours est une initiation progressive à l’image de la construction des volumes du Temps perdu, tout en évoquant les réalités sociales et culturelles de l’époque. Elle permet à tous, enfants comme adultes, de comprendre le Paris de Marcel Proust et son génie littéraire.

L’exposition est à découvrir jusqu’au 10 avril au musée Carnavalet à Paris. Toutes les informations sont disponibles sur le site officiel juste ici !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s