WhatsApp : ses nouvelles conditions d’utilisation

La notification de WhatsApp annonçant la mise en place de ses nouvelles conditions d’utilisation a eu l’effet d’une bombe. Le géant du Net n’a eu d’autre choix que de faire marche arrière suite à la perte de millions d’abonnés.

Des nouvelles conditions d’utilisation

Début janvier, les utilisateurs de la célèbre plateforme de messagerie WhatsApp, dont la maison mère n’est autre que Facebook, ont été avertis d’une nouveauté. Beaucoup ont découvert une notification WhatsApp relative à la mise à jour des nouvelles conditions d’utilisation et de la politique de confidentialité. En effet, à partir du 8 février 2021, WhatsApp partagera les données de ses utilisateurs (pseudo, adresse IP, numéro de téléphone et informations relatives aux appareils des utilisateurs). Ces informations seront transmises à Facebook, même si l’on ne possède aucun compte sur le réseau social. Contrairement aux précédents changements ayant eu lieu en 2016, le refus de ces nouvelles conditions d’utilisation entraînera la suspension du compte.

Un délai supplémentaire

Suite à cette annonce, WhatsApp a perdu des millions d’abonnés. Par conséquent, ils n’ont eu d’autre choix que de faire marche arrière. Ils repoussent donc ces changements au 15 mai, afin de « rassurer » leurs clients. Le problème majeur, c’est l’utilisation des données personnelles par Facebook. Beaucoup sont inquiets et se méfient de ce que l’entreprise pourrait en faire. C’est bien cela qui jette une ombre sur WhatsApp. De plus, en Europe, le règlement général sur la protection des données (RGPD) empêche de rendre obligatoires de tels changements. La confusion sur cette mise à jour a même entraîné l’ouverture d’une enquête par les autorités italiennes.

Telegram et Signal, les gagnants de l’annonce

WhatsApp : ses nouvelles conditions d'utilisation-Twelve Magazine
WhatsApp : ses nouvelles conditions d’utilisation-©Twelve Magazine

Telegram et Signal, deux autres services de messagerie cryptés et connus pour leur discrétion quant aux données des utilisateurs, ont ainsi vu leur nombre d’abonnés augmenter de façon très nette. Ainsi, Telegram a gagné 5 000 000 d’utilisateurs. Signal est passé de 240 000 téléchargements la semaine précédent l’annonce, à plus de 8 000 000 cette semaine. Signal a bénéficié d’un coup de pub incroyable grâce au tweet du célèbre Elon Musk. Le créateur de PayPal et de Tesla a invité ses followers à télécharger l’application.

Mais pourquoi de telles modifications ?

Si WhatsApp souhaite imposer ses nouvelles conditions d’utilisation, c’est dans le but d’unifier l’expérience de l’utilisateur sur ses principales applications que sont Facebook, Instagram, Messenger et WhatsApp. L’objectif est d’offrir de nouvelles options à ses comptes business de manière à ouvrir la voie à des entreprises souhaitant vendre des produits ou services au travers de l’application. C’est d’ailleurs exactement ce qu’il se passe sur les autres réseaux. Le but principal est de rentabiliser l’acquisition de WhatsApp datant du 19 février 2014, qui avait coûté à Mark Zuckerberg la bagatelle de 22 milliards de dollars, dont 17 milliards en actions Facebook.

Le problème du partage des données personnelles

Nos informations personnelles sont sans cesse récoltées et, pour la grande majorité, revendues. C’est le cas quand on participe à un sondage sur internet ou dans la rue par exemple, ou quand on nous demande d’accepter les cookies sur les sites. Tout est récolté, analysé et utilisé pour de faire de nous de purs clients. Ces mêmes données peuvent aussi servir à influencer une campagne électorale. On se souvient notamment de la polémique lors de l’élection de Barack Obama et de celle de Donald Trump. L’autre risque, et pas des moindres, c’est le vol de ces données. Avec des sociétés privées qui les gardent, cela peut s’avérer dramatique quand elles sont utilisées à mauvais escient. On pense aux numéros de carte bancaire, aux données d’état civil, etc.

Pour l’instant, avec WhatsApp, nous bénéficions d’un sursis de trois mois. Mais plusieurs questions se posent. D’une part, est-ce que l’Europe va finalement autoriser WhatsApp à imposer ses nouvelles conditions d’utilisation ? D’autre part, allez-vous les accepter ou préférez-vous changer d’application ? N’hésitez pas à partager vos avis dans les commentaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s